News!!! Courtney Love, sa maigreur devient inquiétante...

Publié le par sly

Depuis plus d'une semaine on voit pas mal de news, sur le net indiquant que Courtney Love est mal en point, et très amaigrie. Je ne voulais pas en faire un article, mais cette situation rappelle, quelqu'un...Courtney Love doit bientot sortir son album qui est prévu, avec le groupe Hole,...Une reformation et une tournée, sont prévu....Espérons que l'issue, ne sera pas tragique,...

Voici un article trouvé sur le site lematin.ch :

Aujourd’hui transformée en spectre rachitique, la veuve de Kurt Cobain reste une figure inquiétante et mystérieuse.


Elle a été jadis désignée par Rolling Stone comme «la femme la plus controversée de l’histoire du rock». C’est qu’elle en traîne, des casseroles, la veuve de Kurt Cobain: depuis vingt ans, sa vie ressemble à un gigantesque capharnaüm dans lequel elle tente désespérément de mettre de l’ordre. A 45 ans, Courtney Love reste l’icône punk par excellence, avec tout ce que cela peut avoir de sublime et de pathétique. Récemment, on l’a vue à New York terriblement amaigrie, fantomatique. «Je dois absolument prendre du poids, très vite, écrivait-elle le 23 mai sur sa page Twitter. Mais c’est dur, parce que je me suis longtemps forcée à m’affamer.» Triste résumé de la vie de cette ex-junkie quadragénaire, accro à l’autodestruction.

Pour comprendre, il faut remonter jusqu’à son enfance. La chanteuse l’évoque avec des mots très crus: «Ma mère m’a dit que j’étais le fruit d’un viol, mon père disait que j’avais été conçue lors d’un trip d’acide. J’ai été élevée par des loups.» Née en 1964 à San Francisco, elle grandit dans les communautés hippies de Californie. Initiée au LSD par son père alors qu’elle n’a que 2 ou 3 ans, elle est abandonnée par ses parents à l’âge de 9 ans. Commence alors une existence faite de fugues, de familles d’accueil, de centres pour jeunes délinquants. Une note des services sociaux laisse entendre que l’adolescente rebelle n’a qu’une envie, c’est de retrouver une famille: «Elle sait bien qu’elle est moins forte qu’elle ne veut le laisser croire. C’est une jeune fille qui a peur et qui ne cesse de demander aux autorités de lui trouver un foyer.»

Plus tard, lorsqu’elle achète sa première guitare, la jeune fille croit avoir trouvé sa famille: le rock. Elle rêve de la sécurité matérielle que lui fournirait le statut de rock-star. Elle rêve, surtout, de reconnaissance.

Enfant abandonnée

Ces angoisses d’enfant abandonnée ne disparaîtront jamais. Les drogues, longtemps, lui serviront à les calmer. Même à l’époque de son mariage avec Kurt Cobain, elle ne décroche jamais: le 4 avril 1994, lorsque le chanteur se brûle la cervelle dans sa maison de Seattle, Courtney Love est en cure de désintoxication. Lorsqu’elle en sort, c’est pour partir en tournée avec son groupe, Hole, pour promouvoir l’album «Live Through This». Une tournée épique, chaotique: Courtney se gave de médicaments, sa bassiste meurt d’overdose entre deux concerts. Une fois la tournée achevée, Court-ney disparaît. Curieusement, elle réapparaît clean, glamour et sereine quelques années plus tard. En 1997, elle décroche son premier grand rôle au cinéma dans «The People vs Larry Flint» de Milos Forman. Sur le plateau, elle rencontre Edward Norton, qui devient son partenaire. Le nouvel homme de sa vie, dit-elle.

Et puis, c’est à nouveau la dégringolade: elle rompt avec Norton, entame une relation houleuse avec un producteur marié. Le rôle principal du film «Moulin Rouge», qui devait lui revenir, échoit à Nicole Kidman. Elle est horriblement vexée. «Ensuite, j’ai refusé plein de rôles qui auraient pu me valoir une nomination aux oscars.» L’échec de sa carrière d’actrice n’est rien comparé à ses autres déboires: accro aux médicaments, ruinée par une série d’opérations financières louches, elle perd la garde de sa fille, Frances Bean, en 2005 et se voit imposer une cure de désintoxication. A la sortie de cette énième cure, elle annonce qu’elle est guérie de ses addictions. Mais les troubles alimentaires prendront le relais: «Il faut que je m’affame», confie-t-elle en 2006. Avant de réaliser, trop tard, que cette obsession l’a transformée en un spectre rachitique. «J’ai perdu l’esprit, j’ai perdu le contrôle, je suis une âme perdue», chante-t-elle dans une de ses dernières chansons. Le morceau, paradoxalement, s’intitule «How Dirty Girls Get Clean».

Commenter cet article