Les Anges et démons d'Eddie Vedder un portrait intime partie 2

Publié le par sly

La Suite de l'article : Les Anges et démons d'Eddie Vedder un portrait intime partie 1

 

Quand ils furent questionnés sur les impressions qu'ils eurent des premiers enregistrements du chanteur, les membres du groupe donne la même réponse : Eddie est intense. Ils chantais des traumatismes familiaux, parfois en murmure, parfois en cris, comme si la douleur venais de l'intérieur. Ces trois compositions (Alive, Once, Foosteps) intègre ça propre histoire avec celle d'un tueur en série, formant une unique trame. Entre Tant même approuvé, ils n'entreront que de manière séquentiel dans le premier album Ten . "once" ouvrira l'album, quant à "Alive" il fut choisis comme premier single et "Footsteps" compte seulement comme face B du single "Jeremy".

 

A Zurique durant un concert du groupe en 1992, Eddie Vedder expliquera au public la forte liaison entre ces 3 chansons qui culmineront dans une trilogie intitulé Mamasan. "Je vais vous raconter une histoire sur ces trois chansons, Nous ne les avons jamais joués ensemble, mais elle vont de pair. C'est une seule histoire. Vous voulez savoir ce que je n'ai jamais raconté à personne ? Non je ne prétend pas faire de dommage à n'importe quelle interprétation déjà faite sur ces musiques, mais elles sont sur l'inceste, les meurtres...La troisième musique ce passe dans une cellule de prison. Ça c'est notre petit opéra".

 

Au début de leur carrière les Pearl Jam lanceront presque un album par an. Ten en 1991, Vs en 1993, et Vitalogy en 1994. Ils marqueront la première phase du groupe, avec des compositions qui relate la réalité, même la politique. Tout le temps avec une mélodie de révolte. "Even Flow" du premier album parle de la vie dans la rue. "Je veux vous enseigner quelque chose sur l'éducation des rues pendant que vous êtes encore avec l'esprit ouvert. Ici de l'autre côté de la rue existe une petite communauté de sans abris qui meurt en dessous des ponts. Savez vous que ces personnes ne sont pas des fous, et que des fois, (tous ce qui leurs est arrivés) ce n'est  même pas de leurs fautes", dira Vedder avant d'entamer "Even Flow", au Bayfont Amphitheater, Miami en 1994.

 

Vitalogy inaugura un nouveau langage qui serait une constante dans la forme que le groupe a trouvé pour présenter son nouveau travail.  Le recours au livret avec un art plus travaillé qui complèterais le contenu de la musique. Le disque en question fut inspiré d'un livre antique "livre de lvie", jusqu'à être fidèle au format, comportant des griffonnages de corps et recettes de maisons, le troisième album original de Pearl Jam dans sont ultime page.

 

Les moments nucléaires suivants se produisent à interval de deux ans : les lancements de No Code en 1996, de Yield en 1998 et de Binaural en 2000. Tous possède un art graphique sophistiqué en emballage Digipack. Ici le groupe se laisse emparer de l'expérimental se détachant de ces contemporains de Seattle. Le folk, le blues et la world music contamine quelque compositions qui cependant étais encore effectués avec des guitares. "Do the evolution" lancé en 1998, emmena le groupe a nouveau aux sommets, mais une fois encore avec des paroles durs sur la réalité. Au début du 21ème siècle "Je suis devant/Je suis avancé/Je suis le premier mammifère à faire des plans/J'ai rampé sur la terre, mais maintenant je suis plus en haut/(...)C'est l'évolution!".

 

La suite quant j'aurais envie...

 


Commenter cet article