Pearl jam dans rock n'folk (1993)

Publié le par will, sly

Pearl jam dans rock n'folk (1993)

Un clin d'oeil de Will qui nous propose des coupures de presse de rock n'folk de novembre 1993, dont un article signé Philippe Manoeuvre sur Pearl Jam ou l'on en parle en bien. Sur la couverture du numéro de R&F d'ou sont issus ces coupures de presse est écrit "Pearl Jam, l'espoir...". Vs de Pearl Jam est l'album du mois, dans ce numéro. Le clin d'oeil fait référence à un article que j'ai posté, il y a peu : http://seattlesound.over-blog.com/2013/10/pearl-jam-et-la-presse-en-france.html

En éffet, Will c'est quand même surprenant de voir un groupe qui en l'espace de 10 ans passe du statut d'espoir à pire groupe dans une revue spécialisé sois disant dans le rock.

Note : Merci à Will pour ce clin d'oeil

Voir les commentaires

KOALA

Publié le par sly

KOALA

Je tiens à remercier Koala, qui participe à ce blog, on lui doit, la radio que vous écoutez quand vous ouvrez ce blog (la radio grunge FM) et surtout la découverte du groupe Jetty Vertigo. Koala est donc notre correspondant grunge de Bordeaux (un grand fan de Tool au passage), une ville qui compte pas mal de grande pointure dans le monde du rock français.

Note Perso : Mille Merci, Koala,...La Grunge Girl...

Voir les commentaires

Pearl Jam une tournée europeene en juin 2014

Publié le par sly

Pearl Jam une tournée europeene en juin 2014

Info trouvé sur le facebook de Pearl Jam Brésil : Stone Gossard anuncia via twitter que Pearl Jam fará uma turnê pela Europa em Junho de 2014.

Stone Gossard a annoncé via twitter que Pearl Jam fera une tournée européenne en juin 2014.

Info reprise sur le site AlternativeNation ex Grunge Report voir le lien : http://www.alternativenation.net/?p=37978

Voir les commentaires

CHRONIQUE : EP MOVING TREES (2013)

Publié le par sly

CHRONIQUE : EP MOVING TREES (2013)

Ma chronique du deuxième EP "Moving Trees" du groupe Jetty Vertigo publié le 9 septembre 2013. Ce deuxième EP dégage une ambiance différente du premier et comme le groupe le dit celui ci est beaucoup plus direct et moins calculés. On commence donc par le fameux Another, encore un tube en force, tout est réunie ici pour retenir l'attention de l'auditeur à la première écoute, une jolie mélodie soutenue, un chant hardcore entrainant, une rythmique lourde et maitrisé. Ensuite on passe au titre Axe To Fall, le plus difficile à définir, il étonne par le changement de style radical par rapport au premier titre, morceau vraiment intéressant et qui dégage une belle énergie. La suite Somewhere in wood typique des jetty vertigo, entre rock alternatif et post-hardcore, qui donne une texture au groupe bien différente de tous ce que l'on a l'habitude d'entendre dans le rock. On passe à Useless, on l'on retrouve ici des sonorités du premier Ep, avec un longue partie instrumental avec des bruits sourds accompagné d'une jolie mélodie, ensuite on enchaine sur une partie chant, puis des parties de guitares bien accrocheuses, énorme, 9:57 de pur musique. Enfin on clôture ce voyage musical avec Aesthetics, le plus délirant du groupe, bien punk, des guitares bien affutés, une rythmique lourde, énorme. Je confirme Seattle Sound aime Jetty Vertigo. Ce n'est pas juste un groupe de rock de plus, c'est le groupe de rock qu'il faut absolument découvrir.

La tracklist : 1. Another, 2. Axe to Fall, 3. Somewhere in Wood, 4. Useless, 5. Aesthetics.

L'EP en écoute ci-dessous :

Voir les commentaires

CHRONIQUE : EP JETTY VERTIGO (2013)

Publié le par sly

CHRONIQUE : EP JETTY VERTIGO (2013)

Ma chronique du premier EP Eponyme du groupe Jetty vertigo publié le 15 février 2013. Difficile de classer la musique de Jetty vertigo, par ce qu'elle intègre plusieurs styles, des parties instrumentales, des guitares saturées, des parties hardcore et puis il y a cette voix vraiment magnifique de leur chanteur, qui donne une profondeur à leur musique. Rosetta est un mélange subtil de toutes ces sonorités propre au groupe avec une superbe intro instrumental mêlant plusieurs guitares, puis intégrant des guitares saturés et termine sur un final plutôt hardcore. Le deuxième titre Fur, développe une très belle mélodie, intégrant subtilement des parties hardcore, un chant bien rock avec des backs vocaux bien énervé, qui accroche l'auditeur à la première écoute, un tube en force. Ensuite on démarre sur le titre Welcome (Well Done), ce morceau me fait penser à un voyage en mer, il intègres des guitares avec des sonorités vraiment profonde, le jeu de batterie est vraiment intéréssant, il démarre doucement comme un murmure puis monte en puissance, pareil pour le chant, c'est juste magnifique. On passe au titre Jetty Vertigo - Man Down, une très belle ballade avec des parties de guitare atmosphérique, puis le morceau s'achève sur un chant brut est des guitares saturés. Enfin le dernier titre Carry the Knife, morceau très rock un brin gothique qui clôture ce premier Ep, d'une grande qualité. Ce premier Ep, que le groupe dit avoir enregistré dans la douleur est une vraie réussite et laisse à l'auditeur, comme l'impression que ce n'est pas un groupe qui débute, mais que ce sont des Pro, je vous propose d'écouter cet EP, et de vérifier par vous-même.

La tracklist : 1. Rosetta, 2. Fur, 3. Welcome (Well Done), 4. Jetty Vertigo (Man Down), 5. Carry the Knife

L'EP en écoute ici :

Voir les commentaires

LA PHOTO DU MOIS

Publié le par sly

Ce mois ci, ce sera une très belle photo du groupe dont je parle en ce moment les Jetty Vertigo de Bordeaux. Un groupe que je classe dans la rubrique Seattle Sound aime par ce que Seattle Sound aime Jetty Vertigo. Autant vous dire que tous ce qui se trouve dans cette rubrique sur la colonne à droite du blog, c'est que du bon. Voila pour la photo du mois.

LA PHOTO DU MOIS

Voir les commentaires

FOO FIGHTERS, Une pub pour leur concert à Mexico city

Publié le par sly

Les Foo Fighters seront en concert à Mexico City, les 11 et 13 décembre 2013. Pour l'évenement ci-dessous, un petite pub, pour leur passage au Méxique, sur un ton humoristique, leur marque de fabrique. A la fin de la promo, vous reconnaitrez, un ancien acteur d'une série télé, célèbre dans les années 80.

Voir les commentaires

Interview : du groupe Jetty Vertigo

Publié le par sly

Interview : du groupe Jetty Vertigo

Une interview de Jetty Vertigo en exclusivité sur Seattle Sound, un groupe que je vous ai présenté, il y a quelque semaine : http://seattlesound.over-blog.com/jetty-vertigo

«Seattle Sound aime Jetty Vertigo»

C’est donc par le biais de Koala (notre correspondant grunge de Bordeaux), que j’ai découvert ce groupe de rock alternatif / post-hardcore de Bordeaux à travers leur premier clip qui illustre leur titre «Another » et qui ouvre leur second Ep «Moving Trees», publié en septembre dernier.

J’ai eu un véritable coup de cœur pour ce groupe, en regardant cette vidéo, car comme le dit très bien Koala : «Ce clip à comme un vieux relent de Smells Like Teen Spirit au niveau des images et de l’ambiance». Leur son aussi, avec une jolie mélodie soutenue et un chant hardcore, le tout combinés avec une rythmique lourde et maitrisé, l’alchimie parfaite pour faire un bon titre. Et aussi comme le souligne Will (notre correspondant grunge de Belgique) : «Il me rappelle par moment certains morceaux de Fugazi, ça fait plaisir d’entendre de nouveaux groupe, jouer ce genre de musique plutôt que d’autres genres plus conventionnels ou plus populaire». Le genre de musique qui vous entraine et dont vous ne vous lassé jamais, qu’on aime à la première écoute et qu’on écoute en boucle.

Je me suis dit qu’il fallait absolument que je découvre leur musique en intégralité et la suite est du même calibre. J’avais donc vraiment envie d’en savoir un peu plus sur ce groupe et aussi de partager cette découverte avec vous. J’ai donc pris contact avec Jetty vertigo sur twitter et j'ai donc convenu, d’une interview avec Camille Bréchaire (guitariste) pour présenter le groupe*.

*Jetty Vertigo est un groupe qui c'est formé en 2011 à Bordeaux avec Hugo Lavesque au chant, Camille Bréchaire à la guitare, Matthieu Basuyau à la guitare, Bruno Feytis à la basse et Simon Algéo à la batterie

L'interview :

Interview : du groupe Jetty Vertigo

Sly (Seattle Sound) : Comment s'est formé le groupe ?

Camille (Jetty Vertigo) : Autour d'un besoin commun de jouer tout simplement. Disons qu'on partageait une certaine conception de la musique avant même de commencer à jouer ensemble. On prend tous la musique très au sérieux parce que, pour des raisons diverses, elle a été essentielle dans la construction identitaire de chacun d'entre nous. Courant 2011 on a commencé à jouer ensemble parce qu'on ressentait un besoin impérieux de jouer, d'extérioriser des choses... C'était comme une évidence. On a commencé le groupe à quatre. Notre bassiste nous a rejoints fin 2012 juste avant l'enregistrement de notre premier EP éponyme. Et puis on entretient un rapport à la scène quasi organique, pour nous ce n'est pas seulement un espace de jeu, c'est aussi une véritable thérapie, une façon de sortir de nous-même et d'échapper à la trivialité de nos existences. Un peu comme une désertion collective entre nous et les gens qui viennent à nos concerts. C'est aussi ce qu'on recherche quand on va voir le concert d'un autre groupe.

Sly : Est-ce que le nom de votre groupe fait référence à quelque chose ou à quelqu’un en particulier ?

Camille : Notre nom fait explicitement référence à deux films La Jetée de Chris Marker et Sueurs froides d'Alfred Hitchcock dont le titre original est Vertigo. Pour la faire courte, Vertigo est le film que Marker avait en tête lorsqu'il a écrit La Jetée. Un soir, je lisais un article anglais sur le film et je me suis aperçu que l'association de ces deux termes formait une sorte de patronyme étrange. On a tout de suite aimé la sonorité qui émanait de ce nom. Ce fut le point de départ de notre imaginaire sonore.

Sly : Pouvez-vous nous présenter brièvement les membres du groupe, ainsi que les spécificités de chacun ?

Camille : Nous sommes cinq. Hugo est au chant, Simon à la batterie, Bruno à la basse, Matthieu et moi (Camille) sommes à la guitare et chantons sur quelques passages. Il n'y a pas vraiment de spécificité en fait, on est tous très complémentaires. On part souvent d'un riff ou d'une couleur et chacun construit sa partie, se greffe, en fonction de la porosité de l'instant. On compose à l'instinct.

Interview : du groupe Jetty Vertigo

Sly : Votre groupe a publié cette année deux EP, le premier au titre Éponyme et le deuxième « Moving Trees ». Pouvez-vous nous présenter ces deux EP, qui semblent avoir chacun une ambiance un peu différente ?

Camille : On avait très peu de moyens pour les deux. Le premier EP a été enregistré dans la douleur parce que nous avions une idée beaucoup moins précise du son et que nous travaillions avec des personnes qui n'avaient pas forcément les mêmes références musicales que nous. Du coup l'enregistrement a un peu traîné en longueur. Ceci étant nous sommes très content du résultat final. Disons que ce premier ep éponyme correspond à la première période de composition du groupe. Il est globalement beaucoup plus « grunge », les influences sont certainement plus explicites mais des morceaux comme Rosetta, Fur ou Carry the knife figurent parmi ceux que nous préférons jouer en live.

Moving Trees est plus direct, moins calculé, on a pas superposé des couches et des couches de guitares. On a fait les instruments en une seule journée sans aucune retouche derrière ! Et Hugo a posé ses voix en seulement deux jours ; Pascal Ricard, qui a enregistré le disque, a mixé et masterisé dans la foulée. Les conditions d'enregistrement étaient donc totalement différentes dans la mesure où on souhaitait vraiment restituer l'énergie de nos concerts et ne pas s’embarrasser d'effets de production qu'on aurait été incapables de restituer en live. C'était important pour nous d'offrir à l’auditeur un disque authentique. Et puis on ne voulait pas revivre la situation frustrante du précédent ep où on passait des soirées interminables à assister au mixage d'un disque qui n'en finissait pas de s'enliser. Avec Pascal, les choses étaient claires dès le départ, ce fut un plaisir de travailler avec lui parce qu'il a tout de suite compris où on voulait aller.

Interview : du groupe Jetty Vertigo

Sly : On sait que vos deux principales influences sont les groupes Fugazi et At the Drive-In. Pouvez-vous nous expliquer l’intérêt que vous portez à ces groupes et pourquoi ?

Camille : Pfff... On pourrait passer la nuit à parler de ces groupes tellement on est fan ! Bien sûr on adore leur musique, mais on admire surtout le rapport que ces deux groupes entretenaient à la scène. Il y a quelque chose de presque mystique lorsqu'on regarde des images de Guy Piccioto ou d'Omar Rodriguez ; on comprend tout de suite que la musique dépasse largement le cadre du divertissement pour ces mecs... ça va au-delà, ils jouaient tout sur scène, leur vie et tout le sens qu'on peut y mettre. Pourtant ce sont deux groupes très différents mais ce qui les relie, c'est la sincérité et ce rapport unique à la scène qui nous a toujours fascinés et que nous aimerions, à notre modeste niveau, perpétuer.

Sly : Quels sont les autres influences du groupe Jetty Vertigo ?

Camille : C'est vraiment difficile de mettre le doigt sur une ou deux influences en particulier. Disons qu'on a tous notre propre mythologie musicale qui, bien qu'elle soit partagée avec les autres, reste très personnelle. Au fond on aime une pluralité de styles musicaux mais qui ont probablement un tronc commun d'émotions ; il y a des ponts entre les styles ce serait absurde de les opposer. Si tu prends notre dernier ep des morceaux comme Axe to fall et Aesthetics incarnent parfaitement cette ambiguïté stylistique qui nous caractérise. Another est peut-être le titre le plus représentatif de ce côté capharnaüm, c'est un une sorte de titre manifeste entre pop, rock et Hardcore avec même une légère influence Hip-Hop en creux si tu fais bien attention ! Bon là je m'égare un peu ! Pour revenir à ta question disons en vrac : Refused, Nirvana, Sigur Ros, Pink Floyd, Joy Division , Yes Supertramp, Jesus Lizard, Tool, Pixies, Alice in chains, Botch, Sonic Youth, Beastie boys, The doors, Cypress Hill, Black Flag, Ratm, Drive Like Jehu, Deftones, Pearl Jam, Shellac, Blonde Redhead, Shannon Wright... la liste est loin d'être exhaustive, il y en a tellement !

Interview : du groupe Jetty Vertigo

Sly : Votre musique varie entre rock alternatif et post-hardcore. Le rock alternatif était très populaire dans les années 90. Peut-on dire que Jetty Vertigo est aussi un groupe qui s’inspire des années 90 et aussi quelque part du Seattle Sound ?

Camille : D'une certaine manière oui puisque la majorité de nos influences datent de ces années là. Après nous ne sommes ni nostalgiques ni réactionnaires, disons que ce sont davantage des influences tutélaires que nous avons digérées depuis. On cherche davantage à pousser dans leur retranchement des styles qui sont codifiés à mort, il ne s'agit pas de reproduire mais de prolonger une démarche musicale qui est inscrite en nous depuis l'adolescence. Mais nous avons des points communs indéniables avec les groupes de Seattle. Nous accordons beaucoup de place aux mélodies, c'est important pour nous de composer des chansons même si nos morceaux sont souvent violents. Et puis nous partageons aussi une certaine vision du monde. Il ne faut pas oublier que Nirvana a explosé aux États-Unis après les années ultra-libérale du gouvernement Reagan ; nous essayons aussi à notre manière de restituer musicalement le désenchantement du monde qui frappe actuellement nos sociétés.

Sly : L’ensemble de vos morceaux sont en anglais. Avez vous pensé à écrire des textes en français ?

Camille : Honnêtement non. Nous chantons en anglais probablement par habitude.

Sly : Vous dites que l’ambition du groupe est de retranscrire musicalement, le malaise d’une société en crise. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ? Avez-vous abordé d’autres thèmes dans vos compositions ?

Camille : C'est plus au niveau sonore que ça se passe qu'au niveau des textes. Nos textes ne sont pas politiques, ils sont métaphoriques et expriment bien souvent les tourments du moment de notre chanteur. Mais Hugo utilise sa voix comme un instrument à part entière, c'est davantage par l'atmosphère de nos morceaux qu'on cherche à exprimer le malaise ambiant, celui des jeunes de notre génération qui se retrouvent souvent dans la précarité alors qu'ils ont fait des études ou qu'ils ont des compétences. Joy Division a, par exemple, retranscrit musicalement l'atmosphère de Manchester ; pour eux c'était la musique ou l'usine, mais pour les jeunes de notre génération ce n'est même pas l'usine ! On fait de la musique aussi parce que c'est une façon comme une autre de se définir à une époque où tous les repères explosent. On retranscrit surtout musicalement notre propre malaise qui est celui de tous les jeunes d’aujourd’hui qui ne sont pas des putains d'héritiers ou des putains de fils à papa. Voilà pourquoi on a aimé Nirvana, Alice et compagnies, ces mecs étaient authentiques, on pouvait sentir leur détresse dans chacune de leurs notes. Le rock sert surtout à ça. Nous croyons au pouvoir cathartique de la musique.

Le titre Another, ainsi que le clip, devrait faire parler de votre groupe, parce qu’il a tout pour devenir un tube. Est-ce qu’il est déjà diffusé à la radio ?

Camille : D'abord merci pour le compliment ! Another sera diffusé sur quelques radios locales mais c'est très difficile de diffuser sa musique sur de plus « grosses » radios, déjà parce que le morceau fait plus de six minutes, ce qui n'est pas le standard attendu et puis notre musique n'est pas vraiment à la mode. En ce moment c'est la petite pop légère qui cartonne !

Sly : Maintenant que vous avez publié deux EP et effectué pas mal de concerts. Avez-vous un projet d’album dans l’avenir ?

Camille : Oui on compose actuellement le prochain disque dont le titre provisoire est Islanders Manifesto. On devrait rentrer en studio en juin 2014. Sa sortie est prévue pour la rentrée 2014.

Sly : J'ai vu que vous faites beaucoup de concert à Bordeaux, est-ce que vous avez prévu de faire des concerts dans d’autres villes ?

Camille : On a déjà fait une quinzaine de dates sur la trentaine de 2013 en dehors de Bordeaux. Après c'est vrai que ça reste majoritairement dans le grand Sud-Ouest mais nous sommes en train de booker les dates de 2014 en ce moment même dans toute la France. Nous préparons également une tournée en Allemagne en août et une tournée au Québec en octobre. L'année 2014 s'annonce donc bien remplie !

Sly : Une toute dernière question, est ce que vous connaissiez le blog Seattle Sound, avant que je ne publie un premier article sur votre groupe ?

Camille : Pour être honnête seul Hugo, qui est un véritable geek musical, connaissait ce site. Mais depuis je me suis rattrapé et je ne suis pas le seul dans le groupe ! Jetty Vertigo aime Seattle Sound !

Merci Beaucoup au groupe Jetty Vertigo pour cette interview et plus spécialement à Camille.

Je n'ai rien à ajouter de plus, juste que j'espère vous avoir donné envie de découvrir la musique de Jetty Vertigo,...

Merci, à Koala, pour la découverte, à Will pour le commentaire et à Birgit pour m'avoir aidé pour l'intro et les questions.

Interview : du groupe Jetty Vertigo

Le premier Ep Eponyme de Jetty Vertigo en écoute ici : http://jettyvertigo.bandcamp.com/album/jetty-vertigo

Interview : du groupe Jetty Vertigo

Le deuxième Ep Moving Trees de Jetty Vertigo en écoute ici : http://jettyvertigo.bandcamp.com/album/moving-trees

Toute les infos sur le groupe, concert, actu et autres sur leur page facebook et site internet ci-dessous.

Ci-dessous le clip illustrant le titre Rosetta issu de leur premier EP Eponyme.

Voir les commentaires

Edito Novembre

Publié le par sly

Edito Novembre

Le nouvel album de Pearl Jam est sortie le 15 octobre dernier et je viens à peine de l'écouter, pour quelqu'un qui dit faire Pearl Jam France, ça craint. Ce que je peu en dire, c'est qu'il est vraiment très bon, j'adore, comme je l'ai déjà dit, leur musique n'a plus rien à voir avec celle des 90's, c'est différent mais c'est toujours aussi bien. On ne peu pas dire Pearl Jam fait du Pearl Jam, rare sont les groupe qui dure avec une musique qui évolue.

Sinon, le livre Pearl Jam Pulsions Vitales est désormais en vente, une bio non officielle sur Pearl Jam au travers du grunge par Cyril Jégou, que Seattle Sound suit et soutien depuis le début (voir le réusmé).

Du côté de Seattle Grunge, c'est toujours aussi énorme, les gars ont obtenu, une interview de Steve Turner le guitariste de Mudhoney, rien que ça (voir l'article).

Du côté sortie d'album, ce mois-ci, ce sera le nouvel album des Melvins "Tres Cabrones", dans les bacs le 5 novembre.

Côté concert ne ratés, pas les passages de Mark Lanegan et Queen of the Stone Age (La liste ici pour la France et la Belgique).

Et puis Seattle Sound, bat des records d'audience en ce moment et à même doublé le nombre de ces visiteurs. Je vous remercie de suivre Seattle Sound, vous pouvez aussi y participer, en proposant des news, des articles ou tout simplement écrire un commentaire.

Note : Remerciement à Sylvain, pour les photos de Mudhoney à Villettte Sonique en mai 2012 (voir les photos).

Voila pour l'Edito, un bon mois de Novembre...

Le Blog est géré par Sly (77), avec la participation de Will (Belgique), Koala (Bordeaux), Kyuss49 (49) et Cyborg (Bretagne).


Ma photo 1

Voir les commentaires

LOU REED : LIVE A MONTEREAU FAULT YONNE (09/06/2012)

Publié le par sly

LOU REED : LIVE A MONTEREAU FAULT YONNE (09/06/2012)

Lou Reed était de passage en France en concert l'année dernière et notamment dans un petit festival du nom de Montereau Confluences dans le 77. Je vous propose Walk On The Wild Side, un classique, suivi de the view issue de ça collaboration avec le groupe Metallica.

Voir les commentaires