Articles avec #will tag

Scott Weiland au GMM en 2010 (par Will)

Publié le par Will

(Article de Will notre correspondant du Seattle Sound en Belgique)

Par ce petit billet, je souhaite revenir sur une prestation live à laquelle j'ai assisté... Il y a 5 ans !

Je ne vais pas en faire la chronique détaillée (c'est un peu trop loin dans le temps), mais c'est l'occasion pour moi d' écrire un p'tit mot, après celui de Sly, sur Scott Weiland (Stone Temple Pilots) décédé fin de l'année passée.

J'ai beaucoup apprécié le 1er, puis le deuxième album de Stone Temple Pilots. Cependant, je n' était pas plus attiré que ça par l'envie de les voir sur scène, sauf si l'occasion se présentait, lors d'un festival ou autre. Et l'occasion, elle s'est présentée, en 2010 (il a fallut le temps !), au Graspop Metal Meeting en Belgique (GMM). Ils étaient en sous sous tête d'affiche, coincé entre 2 groupes bien métal, Slayer & Motorhead !!

Je me souviens que les spectateurs ont commencé à se disperser avant le début du set et après 3-4 morceaux, ils ont commencé à revenir en nombre. Le public était interpelé et sous le "charme" pour certain(e)s du performer qu'était Scott Weiland.

Il avait une voix mais surtout une présence scénique qui ne laissait pas indifférent. Il était avant tout un artiste de scène avec une capacité à captiver la foule. C'est principalement ce qui m' a marqué chez lui et qui me restera en mémoire, avec les 2 premiers albums du groupe au dessus du lot dans leur discographie.

Voir les commentaires

Interview du groupe Dissident (Belgique) par Will

Publié le par Will

Interview du groupe Dissident (Belgique) par Will

(Article écrit par Will notre correspondant du Seattle Sound en Belgique)

Cette année 2015, 3 concerts m’ont particulièrement marqué.

Le 16 avril, SOAD, pour la puissance, l’ originalité et les changements de rythme ainsi que l’ engagement (commémoration du centième anniversaire du génocide arménien).

Le 1er mai, Mudhoney, pour l’ énergie dégagée, leur son si caractéristique (ils ont donné involontairement son nom à la scène « grunge ») emprunt de rock garage et de blues.

Le 18 décembre, Pearl Jam,… Ben ouai ! Pearl Jam en Belgique, en 2015, dans la Province du Hainaut, dans la ville de La Louvière… OK, ils étaient incognitos, sous un faux nom « DISSIDENT ». pas très malin !

Mais ce qui les a trahi, c’est quand ils se sont mis à jouer et à la fin du set, j’en étais convaincu ! Tout ce qui fait Pearl Jam et tout ce qu’on aime chez eux, je l’ai vu et entendu.

Je vous vois venir, vous allez dire, c’est de ma famille, ce sont des amis, ils m’ont payé, … Stop ! Ils ne m’ont même pas offert une bière. Là, j’ai un peu douté quand même !!

Ils sont tous originaire de la même région, se connaissent et jouent (ensemble & dans divers groupes) depuis pas mal de temps, ce sont des musicos accomplis et affirmés; et de grands fans de Pearl Jam !

Membres:

Yannik (Mike)Ferrari : Lead Guitar, Massimo (Jeff) Passalacqua : Bass, Joe (Stone)Salamone : Rythm guitar + Backing Vocals, Olivier (Ed)Toffolo : Lead Vocal, Hervé (Matt) Tricot : Drum + Backing Vocals

Voici un résumé de mon entretien (le plus fidèle possible, j’espère) avec eux. Enfin avec Massimo (bass + "instigateur" du projet) et Tof (chant), pendant que les autres faisaient le b….. !

Une petite présentation !

"Nous sommes originaires de la même région, avons entre 35 et 44 ans et nous nous connaissons depuis un bon bout de temps".

Pourquoi Pearl Jam ?

"On jouait déjà du Pearl Jam pour le fun, ensuite lorsque nous avons décidé de constituer un tribute, le choix s’est donc imposé de lui-même".

Nous avons commencé par les débuts, les premiers albums et les titres phares afin de toucher le public le plus large possible. Nous avons ensuite évolué en piochant les morceaux qui nous plaisaient le plus, en remontant jusqu’ à Lightning Bolt.

L'idée d'un groupe de reprises, comment vous est-elle venue ?

"Nous nous considérons comme un tribute plus qu’un coverband. Nous ne faisons pas du mimétisme, nous restons, lorsque nous jouons, dans l’esprit des lives. Lors de passage plus « ambiant », nous improvisons dans l’esprit des lives . On peut s’inspirer de tellement de versions".

"Nous improvisons aussi suivant les circonstances du moment. Hommage à Scott Weiland via une impro sur Stone Temple Pilots par ex.".

"Nous nous faisons surtout plaisir et rendons hommage à ce que Pearl Jam donne à son public".

Des reprises en tête, comme le fait Pearl Jam lors de ses concerts ?

"Concernant les reprises qu' interprète PJ, on n'en joue pas vraiment mais nous plaçons quelques « snippets » lors d’ intro et de passages instrumentaux".

"Mais c’est prévu, notamment Hunger Strike (Temple Of The Dog) & Rockin’ In A Free World (Neil Young), et certainement d’autres …"

Tiens, pas de clavier...

"Non pas de Boom ! Pas une nécessité. Peut-être, un jour !"

Pouvez-vous nous parler de vos influences ?

"Nos influences sont larges. La scène de Seattle, les années 90, le rock au sens large, la soul aussi , … Nous sommes avant tout des amoureux de musique".

Comment voyez vous l'avenir ?

"Notre ambition est de rendre hommage à l’esprit Pearl Jam et jouer le plus possible sans prétention."

"Tourner un maximum et en faire profiter également les gens qui ne vont pas ou n’ont pas l’occasion d’aller en concert ."

"La difficulté reste bien sûr de trouver des dates !"

N'ayant malheureusement pas de vidéos de qualité du concert; et ça, c'est vraiment dommage, non di dju(patois local); je préfère vous inviter à les visionner sur les 2 liens suivants.

https://www.youtube.com/channel/UCPO3Jzy9AkuQA2BPAkZDA0Q

https://www.facebook.com/dissidentband/

Voir les commentaires

Mudhoney : Live à Lessines en Belgique le 1er mai 2015

Publié le par Will

Le compte rendu du concert des Mudhoney à Lessines en Belgique de Will (notre correspondant du Seattle Sound en Belgique) :

Je me suis donc rendu ce 1er mai au Roots & Roses festival à Lessines, un tout petit festival (oups, avec 2 scènes quand même) à +/- 45 km de chez moi pour la première date de leur tournée européenne.

Une fois n'est pas coutume, je m'y suis rendu uniquement pour être là lors de la prestation d'un seul groupe, Mudhoney. Je suis arrivé une petite demi heure à l'avance et me suis dirigé directement vers la scène "Roses" où Mudhoney faisait le soundcheck. Un léger avant goût de ce que mes oreilles allaient se délecter et un Mark Arm déjà moqueur vis-à-vis d'un membre du festival.

Le soundcheck terminé, après 15 minutes de patience, le set commence enfin avec ce son si reconnaissable et tellement jouissif du groupe. La foule est en délire, ça pogote déjà grave dans la fosse... Bon, j'exagère, il y avait 200 à 300 personnes à tout casser, une honte ! Bah, disons que le meilleur était là, qu'on était un peu en famille; mais ça a bien bougé devant durant tout le show et j' ai savouré ce punk rock garage teinté de blues et parfois des cris de Mark Arm, sans compter les 2,3 petites plaisanteries du groupe, avec un plaisir incommensurable.

Un set vraiment énergique et communicatif comme à leur habitude avec 2 petits moments plus posés ("Where is the future" et un solo de batterie) et un p'tit rappel pour terminer; tout cela pour une bonne (excellente) heure de Musique, de Rock & Roll, de Seattlesound !!


Je suis retourné, continuant le live sur le chemin du retour, avec le même sourire béat ou fouteur de gueule mais communicatif que peut avoir Mark Arm quand il est sur scène (et qu'il ne chante pas).

Setlist

  1. Into the Drink

  2. I Like It Small

  3. Where Is the Future

  4. F.D.K. (Fearless Doctor Killers)

  5. 1995

  6. Judgement, Rage, Retribution and Thyme

  7. Flat Out Fucked

  8. Sweet Young Thing (Ain't Sweet No More)

  9. Touch Me I'm Sick

  10. What to Do With the Neutral

  11. I'm Now

  12. The Final Course

  13. The Money Will Roll Right In

    (Fang cover)

  14. Chardonnay

  15. The Only Son of the Widow from Nain

  16. Encore:
  17. Here Comes Sickness

Mudhoney : Live à Lessines en Belgique le 1er mai 2015

Voir les commentaires

Livre : Do it Yourself de Fabien Hein (2012)

Publié le par Will

Livre : Do it Yourself de Fabien Hein (2012)

Voici pour ce début d'année, un petit bouquin passionnant. Je l’ai relu récemment avec autant d'intérêt que la première fois !

Do It Yourself : Autodétermination et Culture Punk de Fabien Hein sorite en 2012.

Il traite d’un pan de l’histoire de la musique, souvent grossièrement caricaturé, mais qui peut s’avérer extraordinaire d’autodétermination, de débrouillardise et d’intelligence. Par le Do It Yourself, qui encourage la créativité, stimule la débrouillardise et enseigne l’humilité, en tant que mode d’éxistense au sein d'une scène musicale. Je n’en ferai pas la chronique, il en existe plusieurs sur le net et elles sont certainement meilleurs que ce que j’aurai pu écrire. Quant à un (petit) aperçu de ce qu’il raconte, voici le lien de l’éditeur : http://lepassagerclandestin.fr/catalogue/essais/do-it-yourself.html

+ une chronique très complète : http://lectures.revues.org/9079

Notons aussi que si ce livre ne parle pas beaucoup du « Seattlesound » (quelques allusions), on peut cependant faire le parallèle avec ce qu’ont pu vivre ses acteurs dans les années 80 avant la surmédiatisation et leur « capitalisation » !

N’hésitez pas, il se lit très facilement, est agrémenté de photos, permet de voir une certaine scène musicale autrement et aussi pourquoi pas certains aspects de la vie au quotidien !

Voir les commentaires

Pearl jam dans rock n'folk (1993)

Publié le par will, sly

Pearl jam dans rock n'folk (1993)

Un clin d'oeil de Will qui nous propose des coupures de presse de rock n'folk de novembre 1993, dont un article signé Philippe Manoeuvre sur Pearl Jam ou l'on en parle en bien. Sur la couverture du numéro de R&F d'ou sont issus ces coupures de presse est écrit "Pearl Jam, l'espoir...". Vs de Pearl Jam est l'album du mois, dans ce numéro. Le clin d'oeil fait référence à un article que j'ai posté, il y a peu : http://seattlesound.over-blog.com/2013/10/pearl-jam-et-la-presse-en-france.html

En éffet, Will c'est quand même surprenant de voir un groupe qui en l'espace de 10 ans passe du statut d'espoir à pire groupe dans une revue spécialisé sois disant dans le rock.

Note : Merci à Will pour ce clin d'oeil

Voir les commentaires

Mudhoney : Tomorow Hit today (1998)

Publié le par Will

Mudhoney : Tomorow Hit today (1998)

Un petit clin d’ œil (subjectif) à un album que j’apprécie particulièrement, même s’ils n’ont pas de mauvais album, d’un groupe éminemment intègre : Tomorrow Hit Today de Mudhoney.

A l’époque, Mudhoney a un peu plus de 10 ans de carrière, c’ est leur dernier album paru dans les années 90 et le dernier sur le label Reprise Records avant de revenir chez Sub Pop.

Tomorrow Hit Today est un album grandiose avec des sonorités auxquelles ils ne nous avaient pas encore réellement habitué et une ambiance générale un peu plus sombre qu’ à l’habitude. Une sorte d’album charnière si on veut !

Le début est lourd avec une rythmique de plomb «A thousand forms of Mind», suivent des morceaux de purs garages, bruts, directs et sans concession mais inspirés et originaux (on ne s’ ennuie jamais avec Mudhoney), entrecoupés de passages plus calmes mais toujours sous tension «Oblivion» «This is the life». Plus loin dans l’album, deux morceaux bluesy dantesques «Real Low Vibe» «Move with The Wind» et pour finir, deux magnifiques titres, plus lents, dont la lourdeur rappelle le début de l’album et qui finissent par nous achever. A noter également une production parfaite.

Un album rare, précieux, plus subtil que le nom de Mudhoney pourrait le laisser croire.

La Tracklist :

  1. "A Thousand Forms of Mind" – 4:43
  2. "I Have to Laugh" – 3:29
  3. "Oblivion" – 3:26
  4. "Try to Be Kind" – 2:55
  5. "Poisoned Water" – 2:45
  6. "Real Low Vibe" – 2:55
  7. "This Is the Life" – 3:32
  8. "Night of the Hunted" – 3:05
  9. "Move With the Wind" – 3:49
  10. "Ghost" (Cheater Slicks) – 4:33
  11. "I Will Fight No More Forever" – 2:54
  12. "Beneath the Valley of the Underdog" – 5:16

Voir les commentaires

Pearl Jam au Pays du Grunge de Cyril Jégou une référence

Publié le par Will

Sans aucun doute une référence. Ce livre va à l' essentiel de l' histoire tout en étant juste et précis.

Il y a un nombre impressionnant de références à divers groupes, personnages et albums, c' est passionnant. J' ai appris plein de choses.


Ceux (francophones) pour qui le grrrunge et Seattle se limite à Nirvana, devraient lire ce livre (et visionner le docu "Hype").

Will

Voir les commentaires

Jerry Cantrell : Degradation Trip (2002)

Publié le par Will

Publié par Will

La sortie prochaine du nouvel album d'Alice In Chains m'a fait penser à cet album !

Une écriture plutôt sombre, électrique comme acoustique, a fait de lui l'un des musiciens les plus intéressants et reconnaissables du Seattle Sound. Jerry Cantrell, depuis quelques années de retour aux affaires avec AIC, avait entretemps enregistré 2 albums solos. Passons pour l’instant Bogey Depot (1998), un peu trop sage et inoffensif du moins à mon goût pour s’attarder sur Degradation Trip Vol. I & II (fin 2002), petit monument (double album quand même) quelque peu morbide à la gloire d'Alice In Chains.

A la base, faute d'argent et de moyens, il sera prié par son producteur de choisir 14 chansons parmi les 25 composées mais quelques mois plus tard, la version double album sera publiée .

Le line-up pour ce volumineux album, c’est Mike Bordin, batteur mythique du non moins mythique Faith No More (Groupe d’ exception qui a également marqué les 90’s tant par ses albums que ses prestations scéniques) et Robert Trujillo ex bassiste impressionnant de Suicidal Tendencies et Infectious Groove (accessoirement d’ Ozzy et BLS).



Dédicacé à Layne Staley, l’ambiance unique d’Alice In Chains y est ici assez bien préservée. L' utilisation des harmonies vocales respectant la formule traditionnelle du quatuor y est pour quelque chose. La musique distillée par ce très dense double album est profonde et intense, le tempo général est relativement lourd et lent, entrecoupé de moments plus acoustiques, il faudra pas mal de temps pour apprivoiser pleinement ce long et tortueux chemin de croix. Ce double album se découvre au fil des écoutes et on se laisse petit à petit transporter dans ce long, très long voyage, étrange mais passionnant.

J’avais lu à l’ époque un commentaire qui disait : «Jerry Cantrell n'a jamais été aussi puissant que depuis qu'il est seul, Alice In Chains et Layne Staley n'ont jamais été aussi vivants que depuis qu'ils sont morts ». Bon, AIC est depuis lors ressuscité. Ce sera un peu plus dur pour Layne…

 

VOL 1.- 1 Psychotic break / 2 Bargain basement Howard Hughes / 3 Owned / 4 Angel eyes / 5 Solitude / 6 Mother’s spinning in her grave (Glass Dick Jones) / 7 Hellbound / 8 Spiderbite / 9 Pro false idol / 10 Feel the void / 11 Locked on / 12 Gone /

VOL 2.- 1 Castaway / 2 Chemical tribe / 3 What it takes / 4 Dying inside / 5 Siddharta / 6 Hurts don’t it? / 7 She was my girl / 8 Pig charmer / 9 Anger rising / 10 S.O.S. / 11 Give it a name / 12 Thanks anyway / 13 31/3

Morceau à écouter :

Voir les commentaires

Truly (1990-2000)

Publié le par Will

Publié par Will
 
Récemment, j' ai réécouté l' album Fast Stories ... From Kid Coma d'un groupe un peu à part et dont on ne parle pas énormément Truly. Donc j' en parle !
 

Ce trio est composé de Robert Roth ( Ex The Storybook Krooks !?), compositeur talentueux très solidement soutenu par la rythmique impeccable de Mark Pickerel ( Ex Screaming Trees ) et Hiro Yamamoto ( Ex Soundgarden ).

Pickerel ne voulait plus entendre parler de musique et Yamamoto avait pris congé de Soundgarden pour retourner à ses études. C’est dire que Mister Roth devait avoir de solides arguments.

c'est au cours de l'année 1990 que Truly entre en studio, accompagné d'un certain Chris Quinn à la seconde guitare. Ce dernier ne resta que le temps de l'enregistrement du premier EP Heart & Lungs. Cet EP ne sortit qu'en 1991 chez Sub Pop ; entre temps, Truly était parti se faire les dents en première partie des Jesus Lizard.


Il ne contient que quatre titres mais constitue une savoureuse mise en bouche. Il sera suivi quatre ans plus tard par le magnifique Fast Stories ... From Kid Coma et 2 ans après par un très bon Feeling You Up plus « pop » dans la démarche.

Je n’ ai pas la verve et la plume de certains pour parler musique, mais pour résumer Truly et principalement l’album Fast Stories ... From Kid Coma, on peut dire que c’est plutôt sombre tout en voyant la lumière au bout du tunnel, complexe mais mélodique, agressif et angoissant mais parfois psychédélique et planant avec une voix originale et inventive, le tout bien épaulé par une section rythmique de haut vol. Fast Stories...from Kid Coma est un album qui se redécouvre à chaque écoute, un album qui bizarrement est venu sur le tare chronologiquement parlant (1995) et d’ un point de vue «grrrrrungien» mais comme tous les albums (ou groupes) indispensables du Seattle Sound, il a sa propre marque de fabrique !

L’ album suivant Feeling You Up (1998), avec un son plus limpide, et léger terminera en beauté la trop courte discographie de Truly

En bref, la meilleure chose à faire est d’ écouter… Et réécouter !

 

Pour la petite histoire :

C'est en 1989 qu'on entend parler pour la première fois de Robert Roth. Cette année-là, son groupe Storybook Krooks se sépare. Après avoir cherché d'autres personnes intéressées par sa musique, c'est un musicien qui vint à lui pour lui proposer de jouer avec son groupe. Son nom... Kurt Cobain.


Pas encore certain de la viabilité de la formule trio, le leader de Nirvana cherchait alors un autre guitariste. L'expérience Jason Everman avait été un fiasco, mais Cobain n'en démordait pas ! Il lui fallait un second. Et c'est ainsi que, l'air de rien, Robert Roth faillit être célèbre ...


Le problème, c'est que la musique de Nirvana ne l'intéressait pas, et qu'il n'était pas du genre à jouer de la musique écrite par d'autres. Il déclina donc l'offre de Cobain. Plus tard, il fit la connaissance d'un certain Mark Pickerel, qui venait tout juste de quitter The Screaming Trees. Ce dernier ne voulait alors plus rien avoir à faire avec la musique ; mais après avoir écouté celle de Roth, accepta de jouer dans son futur groupe. Il lui fallait maintenant un bassiste. Sa route l'amena à croiser celle de Hiro Yamamoto, récemment en congé de Soundgarden.


Notez pour l'anecdote que celui qui remplaça Yamamoto dans Soundgarden, ne fut autre que Jason Everman (voir ci-dessus) ... Et pendant ce temps, Kurt Cobain lorgnait un certain Ben Shepherd dans sa quête désespérée d'un second couteau ... Et ce Ben Shepherd serait plus tard celui qui devait remplacer Jason Everman au sein de Soundgarden ...

 

« Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau ». Anaxagore (Tiens,il fait partie de quel groupe cet Anaxagore !?)

 

Discographie :

HEART AND LUNGS

SUB POP, 1991.

1 Heart and lungs / 2 The color is magic / 3 Truly drowning / 4 Married in the playground

FAST STORIES...FROM KID COMA

CAPITOL RECORDS, 1995. Enregistrement 1994.

1 Blue flame ford / 2 Four girls / 3 If you don’t let it die / 4 Hot summer 1991 / 5 Blue lights / 6 Leslie’s coughing up blood / 7 Hurricane dance / 8 Angelhead / 9 Tragic telepathic (Soul slasher) / 10 Virtually / 11 So strange / 12 Strangling / 13 Chlorine
 
 
FEELING YOU UP

THICK, 1997.

1 Intro / 2 Public access girls / 3 Twilight curtains / 4 Wait ’til the night / 5 Air raid / 6 It’s on your face / 7 EM7 / 8 Come hither / 9 Leatherette tears / 10 The possessions / 11 Repulsion

Des morceaux de Truly en écoute ci-dessous :

Voir les commentaires

Dinosaur Jr, le 9 février à Anvers (Belgique) par Will...

Publié le par Will

Il y a 20 ans jour pour jour, sortait “Where You Been”, le 9 février 1993, l’album qui m’a amené à apprécier et à acheter les albums de Dinosaur Jr ! Jusque là, je ne les avais écouté que d’une manière distraite. Pas bien !

 

Les voilà donc ce 9 février 2013 à Anvers, salle comble (idem très probablement 2 jours plus tard à Courtrai puisque sold out paraît-il) et distribution de bouchons à l’ entrée (ils seront bien utiles).

 

Setlist variée, toutes périodes confondues (80, 90, 2000 avec ou sans Lou).

 

Lou Barlow et Patrick Murphy visiblement heureux d’ être là, et Jay Mascis (fils bâtard de Neil Young) au look

d’éternel adolescent, un peu défraichi, étaient en grande forme. On pourra juste regretter quelques problèmes techniques qui ont interrompus la magie du concert mais qui ont permis par 2x à Lou de discuter un peu avec le public.media_xl_5544590.jpg

 

Concert une fois de plus excellent, les morceaux encore meilleur en live. Personnellement mention spéciale pour « Out There » avec des percus plus primitives «Freak Scene » tout en Fuzz, « Feel The Pain » et sa rythmique en montagne russe, « Don’t Pretend… », « Forget the Swan » et « Start Choppin » fantastiques, «Just Like Heaven » bien sur meilleur que l’original et sans parler du reste. En résumé prestation irréprochable, énergie communicative, gros son… Et je reste le plus objectif possible bien entendu ! … (Notons également le morceau « Training Ground » déterré du groupe hardcore pré-Dinosaur Jr de Jay et Lou, Deep Wound).

 

Pour la musique en général du groupe et ce qu’ on peut en ressentir à son écoute, ton commentaire, Sly, en parle on ne peut mieux.

 

La setlist du 09/02/13: The Lung / Almost Fare/ The Wagon / Don’t Pretend You Didn’t Know / Watch The Corners / Crumble / Rude / Out There / Feel The Pain / Training Ground / Get Me / Start Choppin / Freak Scene / Forget The Swan // Raisans / Just Like Heaven / Sludgefeast

 

 


 

Voir les commentaires